- Page 2

  • EXCLUSIF : Découverte artistique exceptionnelle à Saint-Denis en Broqueroie !

    tableau st denis 4.png

     

    Pour ceux qui ne le savent pas ou qui l’auraient oublié, Saint-Denis est ce petit village situé le long de l’Obrechoeuil, affluent de la Haine, connu pour son abbaye bénédictine fondée en 1081.

              Cette abbaye se développera lentement jusqu’au début du 17ème siècle, époque où l’église paroissiale sera construite ainsi qu’une nouvelle église abbatiale. Elle prospèrera jusque 1795, année où les moines l’abandonneront suite aux troubles de la révolution française, et deviendra une filature de coton.

              En 1998, on redécouvre dans un coin du grenier de la cure deux coffrets contenant des reliques qui avaient été offertes à l’abbaye et qui étaient authentifiées par le sceau du pape de l’époque.

     tableau st denis 1.png

              Six tableaux du 17ème  siècle

     

              Le grenier du clocher contenait aussi des choses intéressantes : six tableaux de facture ancienne représentant les 4 évangélistes, saint Benoît et saint Blaise ( ?). Pour savoir si ces tableaux sont réellement anciens, ou s’ils ont de la valeur, la paroisse fait venir une délégation de l’Institut du Patrimoine Artistique ( IRPA) et une délégation des ateliers de restauration de La Cambre à Bruxelles.

    Ces peintures anciennes les intéressent fortement, car vu leur taille, on peut y faire travailler deux étudiants. Le prix des restaurations sera donc réduit : rien pour la main d’œuvre, mais quand même +/- 400 € par tableau pour le matériel et les matériaux employés.

     

    Pendant huit ans, Patrick Fernez, un passionné d’histoire de la région, recherchera et finira par découvrir que c’est Michel de Werchoven  qui est l’auteur de ces tableaux. En effet, le manuscrit de Dom Martin Gouffart, 37ème abbé de l’abbaye de Saint-Denis est très clair. Il explique en effet que le peintre qui a peint les apôtres pour l’abbatiale, décédé à Bruxelles sera ramené à Saint-Denis pour y être enterré devant la sacristie.

     

    Qui était Michel De Werchoven ?

    tableau st denis 2.png

     

    Son père, François De Werchoven, était le peintre officiel des princes d’Orange et le secrétaire de Pierre-Paul Rubens.

    Michel de Werchoven naît vers 1590 à Nozeroy en Franche-Comté, vient à Bruxelles, et le 16 octobre 1615, fait partie de la corporation des peintres de Bruxelles. Il se fiance le 4 octobre 1613, et épouse le 19 octobre  de la même année Anne Van Veen (Vaenius) (vers 1595-1637) de qui il aura 8 ou 9 enfants. Anne Van Veen n’est pas n’importe qui : elle est la fille d’Otto Van Veen, maître-peintre, attaché à la cour des archiducs Albert et Isabelle.

    C’est le maître de peinture qui donnera des cours à … Pierre Paul Rubens !!!

     

    tableau st denis 5.png

     

    A ce stade, plusieurs questions se posent … !

     

    A l’époque, quand on était maître-peintre et artiste de renom, accordait-on la main de sa fille à n’importe quel prétendant ???

     

              Pourquoi Otto Van Veen préfère-t-il marier sa fille à M. de Werchoven plutôt qu’à P.P. Rubens ?

     

    Il existe un saint Mathieu identique à celui de Saint-Denis à l’ancienne abbaye de Saint-Ghislain. Il est attribué à Gérard Séghers, une grosse pointure de la peinture anversoise dont il existe encore pas mal d’œuvres importantes. D’après le docteur Anne Delvingt, les peintures de Saint-Ghislain ont été exécutées avant 1625.

              Il semble également que Michel de Werchoven ait arrêté de peindre vers 1625, car après, on retrouve sa trace en tant que « banquier » et prêteur d’argent.

     

    Sachant que les abbayes de Saint-Denis et de Saint-Ghislain avaient des échanges réguliers et des relations multiples, qui donc a copié l’autre ?

    De Werchoven ou Gérard Séghers ??

     

              Au 17ème siècle, les abbayes en pleine croissance font appel à des peintres de renom ; par exemple à Gaspar de Crayer pour le tableau au-dessus du maître-autel de l’église abbatiale de Saint-Denis. Nous savons également que Michel de Werchoven formera quatre apprentis …

     

    Donc, même si toutes ses œuvres ont disparu, De Werchoven n’était pas un inconnu, il jouissait même d’une réputation, puisque mort à Bruxelles le 13 juillet 1650, on n’hésitera pas à ramener sa dépouille à Saint-Denis, (et en 1650,

    quel voyage !) pour l’enterrer devant la sacristie de l’église abbatiale !

     

              Lors des restaurations à, nous pourrons peut-être en savoir beaucoup plus concernant les techniques employées et sur la dextérité du maître …

     

              En guise de conclusion …

     

              En guise de conclusion, nous pourrions répondre à P.E.Claessens qui écrivait dans « L’Intermédiaire des généalogistes » N° 139 en janvier 1969 :

    « Il est à nouveau question d’un peintre bruxellois bien oublié … (dont) les peintures … sont perdues ou passées dans des mains ignorantes ».

    Non, non, Monsieur Claessens, ne vous inquiétez pas, les habitants de Saint-Denis ont hérité d’un patrimoine, et Patrick Fernez veillera à le remettre à l’honneur !!

              Comme demandé par l’IRPA, il est d’ailleurs en train de préparer une tablette pour réattribuer ces œuvres à leur auteur et le faire ainsi sortir de l’oubli.

     

              Serait-ce rêver que d’imaginer le saint Mathieu de De Werchoven trônant

    à côté de celui de Gérard Séghers reçu en prêt par l’abbaye de Saint-Ghislain

    dans le cadre de Mons 2015 ?

     

              La paroisse de Saint-Denis cherche donc des mécènes pour restaurer ces œuvres et les soustraire aux outrages du climat et au poids des ans …

    N’hésitez donc pas à vous faire connaître !!

     

    Merci à Monsieur Patrick Fernez pour toutes ces informations.

     

     

    tableau st denis 3.png

     

  • Mons : Foire d'automne (infos)

    foire de mons.jpg

    La traditionnelle Foire d'automne de Mons se déroulera sur trois sites dès le 9 novembre:

    La Grand-Place (jusqu'au 2 décembre).

    la Place Léopold (jusqu'au 9 décembre) et

    les Grands Prés (jusqu'au 9 décembre).

    La ville de Mons a le plaisir de vous convier à sa traditionnelle foire d'automne du 9 novembre au 15 décembre 2013.

    La foire a lieu sur trois sites différents: la Grand-Place de Mons, la Place Léopold et le site des Grands Prés.

    A noter qu'elle se terminera le 6 décembre sur la Grand-Place de Mons pour permettre l'installation du Marché de Noël "Mons Coeur en Neige".

    Au programme: forains en tout genre, carrousels, produits de bouche, machines à sous,...