Havré : Alexandre est Champion !

alex.jpg

Au bout d’un an et demi de passion, Alexandre a eu l’initiative de s’inscrire à son premier championnat, dimanche 21 avril à Namur, dans un local de la faculté de médecine vétérinaire, sur invitation d’un couple d’étudiants.

Classé 26 e  sur 33 participants (il était le plus jeune des participants ados et étudiants), affichant 26 secondes 5 centièmes comme meilleur temps, il a été parmi les 25% de participants éliminés, mais qu’à cela ne tienne : « cette journée fut la plus belle de sa vie, depuis sa naissance», comme il l’a dit à sa maman !

Prochaine participation : mystère. Alexandre partage tout de même sa vie entre l’école, et son autre passion : le Taekwon do.

Et le 4 mai, il participera à un concours international de jeux mathématiques à Mouscron.

« Tout a commencé voilà un an et demi », raconte-t-il. « Dans la chambre de papa du temps où il était adolescent, ma grand-mère avait retrouvé un Rubik’s cube datant des années ’80. Elle me l’a donné. J’ai été intrigué et intéressé par le problème mathématique à résoudre. Pour approfondir ma connaissance, je suis allé sur Internet, et j’ai découvert les techniques pour le résoudre sur deux sites : playnet cube, et Francocube.»

Le concours de Namur, il a voulu y participer dans la seule catégorie « 3X3X3. » L’objectif était de résoudre l’énigme en un temps record.

Pourtant, Alexandre manie déjà la pyramide, le dodécaèdre (12 faces), qu’il résout en cinq minutes, et les cubes présentant jusqu’à 7X7X7 carrés.

« Il y a des techniques à mémoriser, et appliquer à chaque cas pour y parvenir. J’étudie en ce moment les méthodes rapides de Fridrich, » nous dit le mathématicien en herbe.

Le Rubik’s cube, il l’a dans la peau ! Top chrono : tout en bavardant, en écoutant sa maman nous relater le compte-rendu de la journée de championnat, Alexandre résout problème sur problème avec une rapidité déconcertante. « J’ai besoin de 15 minutes pour le 7X7X7, c’est parfois long », sourit-il !

Pas question toutefois que la passion du Rubik’s cube prenne le pas sur les études. «Il peut y jouer maximum une heure par jour. Après les devoirs», sourit sa mère.

Alexandre a la bosse des maths, on l’aura compris. C’est bien simple : ce gamin à haut potentiel a quitté la cinquième primaire au bout de trois mois, pour gagner les bancs de la sixième, en décembre.

En septembre, c’est sûr: il fera les mêmes études que Dorian, son grand frère de 13 ans qui est en latin-maths, et qui est, lui, davantage passionné par le jeu d’échecs.

Les deux jeunes suivent les traces de leurs parents, Pascal et Sylvie, qui ont eu respectivement en secondaire, 9 et 11 heures de maths par semaine. Il est cardiologue et elle, médecin du sport. Les cerveaux scientifiques ont de l’avenir!

Les commentaires sont fermés.