Urbanisme - Page 4

  • EXCLUSIF : Découverte artistique exceptionnelle à Saint-Denis en Broqueroie !

    tableau st denis 4.png

     

    Pour ceux qui ne le savent pas ou qui l’auraient oublié, Saint-Denis est ce petit village situé le long de l’Obrechoeuil, affluent de la Haine, connu pour son abbaye bénédictine fondée en 1081.

              Cette abbaye se développera lentement jusqu’au début du 17ème siècle, époque où l’église paroissiale sera construite ainsi qu’une nouvelle église abbatiale. Elle prospèrera jusque 1795, année où les moines l’abandonneront suite aux troubles de la révolution française, et deviendra une filature de coton.

              En 1998, on redécouvre dans un coin du grenier de la cure deux coffrets contenant des reliques qui avaient été offertes à l’abbaye et qui étaient authentifiées par le sceau du pape de l’époque.

     tableau st denis 1.png

              Six tableaux du 17ème  siècle

     

              Le grenier du clocher contenait aussi des choses intéressantes : six tableaux de facture ancienne représentant les 4 évangélistes, saint Benoît et saint Blaise ( ?). Pour savoir si ces tableaux sont réellement anciens, ou s’ils ont de la valeur, la paroisse fait venir une délégation de l’Institut du Patrimoine Artistique ( IRPA) et une délégation des ateliers de restauration de La Cambre à Bruxelles.

    Ces peintures anciennes les intéressent fortement, car vu leur taille, on peut y faire travailler deux étudiants. Le prix des restaurations sera donc réduit : rien pour la main d’œuvre, mais quand même +/- 400 € par tableau pour le matériel et les matériaux employés.

     

    Pendant huit ans, Patrick Fernez, un passionné d’histoire de la région, recherchera et finira par découvrir que c’est Michel de Werchoven  qui est l’auteur de ces tableaux. En effet, le manuscrit de Dom Martin Gouffart, 37ème abbé de l’abbaye de Saint-Denis est très clair. Il explique en effet que le peintre qui a peint les apôtres pour l’abbatiale, décédé à Bruxelles sera ramené à Saint-Denis pour y être enterré devant la sacristie.

     

    Qui était Michel De Werchoven ?

    tableau st denis 2.png

     

    Son père, François De Werchoven, était le peintre officiel des princes d’Orange et le secrétaire de Pierre-Paul Rubens.

    Michel de Werchoven naît vers 1590 à Nozeroy en Franche-Comté, vient à Bruxelles, et le 16 octobre 1615, fait partie de la corporation des peintres de Bruxelles. Il se fiance le 4 octobre 1613, et épouse le 19 octobre  de la même année Anne Van Veen (Vaenius) (vers 1595-1637) de qui il aura 8 ou 9 enfants. Anne Van Veen n’est pas n’importe qui : elle est la fille d’Otto Van Veen, maître-peintre, attaché à la cour des archiducs Albert et Isabelle.

    C’est le maître de peinture qui donnera des cours à … Pierre Paul Rubens !!!

     

    tableau st denis 5.png

     

    A ce stade, plusieurs questions se posent … !

     

    A l’époque, quand on était maître-peintre et artiste de renom, accordait-on la main de sa fille à n’importe quel prétendant ???

     

              Pourquoi Otto Van Veen préfère-t-il marier sa fille à M. de Werchoven plutôt qu’à P.P. Rubens ?

     

    Il existe un saint Mathieu identique à celui de Saint-Denis à l’ancienne abbaye de Saint-Ghislain. Il est attribué à Gérard Séghers, une grosse pointure de la peinture anversoise dont il existe encore pas mal d’œuvres importantes. D’après le docteur Anne Delvingt, les peintures de Saint-Ghislain ont été exécutées avant 1625.

              Il semble également que Michel de Werchoven ait arrêté de peindre vers 1625, car après, on retrouve sa trace en tant que « banquier » et prêteur d’argent.

     

    Sachant que les abbayes de Saint-Denis et de Saint-Ghislain avaient des échanges réguliers et des relations multiples, qui donc a copié l’autre ?

    De Werchoven ou Gérard Séghers ??

     

              Au 17ème siècle, les abbayes en pleine croissance font appel à des peintres de renom ; par exemple à Gaspar de Crayer pour le tableau au-dessus du maître-autel de l’église abbatiale de Saint-Denis. Nous savons également que Michel de Werchoven formera quatre apprentis …

     

    Donc, même si toutes ses œuvres ont disparu, De Werchoven n’était pas un inconnu, il jouissait même d’une réputation, puisque mort à Bruxelles le 13 juillet 1650, on n’hésitera pas à ramener sa dépouille à Saint-Denis, (et en 1650,

    quel voyage !) pour l’enterrer devant la sacristie de l’église abbatiale !

     

              Lors des restaurations à, nous pourrons peut-être en savoir beaucoup plus concernant les techniques employées et sur la dextérité du maître …

     

              En guise de conclusion …

     

              En guise de conclusion, nous pourrions répondre à P.E.Claessens qui écrivait dans « L’Intermédiaire des généalogistes » N° 139 en janvier 1969 :

    « Il est à nouveau question d’un peintre bruxellois bien oublié … (dont) les peintures … sont perdues ou passées dans des mains ignorantes ».

    Non, non, Monsieur Claessens, ne vous inquiétez pas, les habitants de Saint-Denis ont hérité d’un patrimoine, et Patrick Fernez veillera à le remettre à l’honneur !!

              Comme demandé par l’IRPA, il est d’ailleurs en train de préparer une tablette pour réattribuer ces œuvres à leur auteur et le faire ainsi sortir de l’oubli.

     

              Serait-ce rêver que d’imaginer le saint Mathieu de De Werchoven trônant

    à côté de celui de Gérard Séghers reçu en prêt par l’abbaye de Saint-Ghislain

    dans le cadre de Mons 2015 ?

     

              La paroisse de Saint-Denis cherche donc des mécènes pour restaurer ces œuvres et les soustraire aux outrages du climat et au poids des ans …

    N’hésitez donc pas à vous faire connaître !!

     

    Merci à Monsieur Patrick Fernez pour toutes ces informations.

     

     

    tableau st denis 3.png

     

  • Mons : 9e Festival de théâtre en rue du 13 au 15 /09/2013 : Toutes les infos ici !

    théatre.jpg

    Chaque année, le temps d’un festival, Mons met le théâtre à l’honneur et transforme ses rues en scènes : la cité sera plongée trois jours durant dans une atmosphère festive et artistique.

    Dans un centre-ville en « Mutations »

    Professionnels ou amateurs passionnés, les artistes lèvent le rideau sur la ville : ces lieux chargés d’histoire seront investis par les tréteaux de saltimbanques prêts à conter la petite et la grande histoire de Mons et ses « Mutations » avec Mons Passé Présent.

    Cette 9ème édition du Festival de Théâtre en rue, en plus de vous proposer des spectacles de grande qualité, est également l’occasion de découvrir ou de redécouvrir le patrimoine architectural unique de Mons.

    ter_flyer_2013.jpgMons Passé Présent

    Vendredi 13 septembre de 18h30 à 21h30, samedi 14 de 18h30 à 22h00 et dimanche 15 septembre de 17h30 à 21h00
    Mons-Passé-Présent transformera le cœur historique de Mons en une scène de théâtre … pas comme les autres
    A la fois populaire et prestigieux, Mons-Passé-Présent, est un spectacle-promenade original. En plusieurs tableaux, il raconte à merveille l’histoire de Mons et de ses habitants.
    Ainsi, chaque soir, de courtes scènes théâtrales, mais aussi de la musique, de la danse, des acrobaties seront répétées en permanence dans le décor historique de l’Hôtel de Ville, des Jardins du Mayeur et des petites rues tortueuses adjacentes.

    Le spectacle de Mons-Passé-Présent sera accessible depuis l’Hôtel de Ville.
    Les scènes, d’une durée de 10 minutes, réparties dans le cœur historique ont été confiées à des metteurs en scène différents, avec pour seul impératif en guise de fil rouge, la petite et la grande histoire de Mons autour d’un thème original et d’actualité : Les Mutations.

    Les metteurs en scène présents pour cette machine à remonter le temps : Hughes Chamart (Oranger Noir Théâtre), Giuseppe Lonobile (Atis Théâtre), Eric Serkhine (Box Théâtre), Michel Tanner et Heidi Ostrowski (Cie Eudaimon).

    Localisation des scènes :

    Cour Barrabas de l’Hôtel de Ville / Jardin du Mayeur / Cour du MOC. (Ancien Lycée Bervoets) / Cour de la Bibliothèque universitaire / Cour de la Maison des Communes (Rue du Onze Novembre)

    Les Scènes ouvertes

    Samedi 14 et dimanche 15 septembre de 14h00 à 18h00
    Samedi 14 et dimanche 15 septembre, le festival s’ouvre sur les Scènes Ouvertes. Ces scènes donnent l’occasion à de nombreuses troupes issues d’ateliers de théâtre ainsi qu’à de jeunes acteurs des écoles des arts de la scène de la région de se produire devant un large public de festivaliers. La toile de fond à ces spectacles est la cour du Conservatoire royal (rue de Nimy).

    Le Parcours dialectal

    Samedi 14 et dimanche 15 septembre de 14h30 à 16h30.
    La touche wallonne de ces festivités est donnée par les comédiens de la Roulotte théâtrale et les membres de Catiau et Terris qui, à travers les superbes salons de l’Hôtel de Ville de Mons, proposent une balade à la découverte de textes picards montois et borains.

    Théâtre au Parc - Scène Jeune public - SMartbe

    Samedi 14 de 14h00 à 18h30.
    Pour la cinquième année consécutive, le festival s’ouvre au jeune public avec la scène SMartbe: contes, spectacles et théâtre de marionnette prendront place cette année encore dans le Jardin du Beffroi.

    Animations en centre-ville

    Vendredi 14 septembre de 18h00 à 21h30, samedi 14 de 14h00 à 22h00 et dimanche 15 septembre de 14h00 à 21h00
    Durant tout le festival, la Grand-Place et ses alentours seront animés par les bonimenteurs de la Cie de la Sonnette et par la Cie des Fourvoyeurs qui vous transporteront dans leur monde imaginaire burlesque dont vous serez peut-être le héros…

  • Mons 2015 : Havré-Obourg-Saint-Denis : 2ième rencontre citoyenne !

    M15_CAPITAL_ROSE.jpg

    La prochaine rencontre citoyenne pour le groupe Havre, OBourg et Saint-Denis concernant les idées, les projets Mons 2015 aura lieu le 23 septembre 2013 à l abbaye de Saint-Denis à 18h !

  • Art et Saveur en Abbaye, c'est ce week-end à Saint Denis !

    Abbaye_St-Denis-en-Broqueroie_JPG1.jpg

     

    Les artistes, les écrivains, les musiciens s'y retrouvent depuis le Moyen-Age

     

    Au travers de l'organisation "Art et Saveur" du Rotary Club de Soignies, cette tradition se perpétuera cette année encore les 23, 24 et 25 août 2013 !

     

    Animations permanentes (ambiance musicale),

     

    Expositions-vente d'une cinquantaine d'artistes (peintres, sculpteurs, photographes...) professionnels et amateurs, entourant l'artiste invitée, le sculpteur Jacques Dufrane

     

    Espace-Démonstration des artisans d'art (bijoux, tissus, bois, métal, céramique, pierre...)

     

    Espace-Rencontre d'Ecrivains avec vente et dédicace de leurs oeuvres

     

    Festival BD

     

    Occasions à faire: vieux bouquins et romans de poche

     

    Animations enfants

     

    Marché de produits du terroir

     

    Espace-Saveurs (Produits du terroir)

     

    Bars "Autours de la Brocqueroise" (grange aux Dîmes, Cloître des Convers et ancienne Glacière)

     

    Restauration chaude et froide

    Venez nombreux pour un moment plein de bonne humeur à partager. Ambiance musicale assurée !

     

  • Havré : Gros travaux dans le village.

    travaux.gif

    Havré :rues Pierre Dewit, Allende, de Boussoit, Chaussée du Roeulx : pose d'un collecteur en vue de l'assainissement de la Haine (travaux IDEA). Implications sur le trafic: rue Pierre Dewit fermée à partir de la Chaussée du Roeulx. Début du chantier : 29/07/13, fin probable : fin septembre 2013.