• Havré - Obourg - Saint-Denis et tous les autres : Lancement d'une campagne pour recruter des familles d'accueil en Belgique francophone

    Le ministre de l'Aide à la jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rachid Madrane, lancera lundi une campagne de recrutement de familles d'accueil, dont il a présenté le contenu vendredi lors d'une conférence de presse.

    Actuellement, 4.700 jeunes sont confiés chaque année à une famille d'accueil en Belgique francophone et le nombre de ces familles reste insuffisant.

    Parmi ces 4.700 jeunes, trois quarts sont placés dans leur famille élargie (grands-parents, oncle, tante, etc.) et un quart en famille d'accueil externe (dite "sélectionnée").

    "Le simple remplacement des familles qui quittent le processus chaque année nous impose de trouver une cinquantaine de nouvelles familles", et au-delà de ce chiffre, "si nous voulons accroître sensiblement les possibilités d'accueil familial (...) c'est du double que nous avons besoin."

    Pour Rachid Madrane, lorsqu'un enfant est retiré momentanément de son milieu familial, "la mesure la plus 'douce', la plus sécurisante" reste la famille d'accueil.

    C'est pourquoi dès lundi, une campagne déclinée notamment en spots diffusés sur la RTBF, affiches et dépliants sera lancée, sous le slogan "Famille d'accueil, une aventure humaine formidable". Le site internet a également été entièrement repensé et comporte le nouveau logo.

    Le placement en famille d'accueil reste méconnu et suscite encore de nombreuses questions, d'où l'importance de mettre des témoignages de familles et d'enfants au cœur de cette campagne, axée sur la sensibilisation, la valorisation et l'incitation, a encore déclaré le ministre PS. "C'est une démarche ouverte à tous", tel est encore le message de cette action. "Plus que la composition familiale, la situation sociale, l'âge, l'origine culturelle, c'est la dynamique qui importe."

    Une simplification administrative a également été mise en place, afin de rendre l'accueil "plus attractif". Le délai de sélection des familles a ainsi été réduit de 9 à 6 mois et le processus de sélection harmonisé. La simplification touche aussi les signatures de documents par les parents biologiques, qui restent à présent valables pour un an pour certaines démarches, ainsi que les frais d'indemnités.

    Le processus d'accueil en famille mène rarement à l'échec, a de son côté indiqué Michaël Rossi, du service de placement familial Odile Henri, qui s'occupe du placement de quelque 350 enfants. Cela est dû à la préparation en amont, "en fonction du profil du jeune, mais aussi au temps du processus de sélection et à la période 'd'apparentement', durant laquelle le jeune est présenté physiquement à la famille." L'ensemble peut prendre plusieurs semaines à plusieurs mois.

    La Fédération Wallonie-Bruxelles compte 17 services de placement familial, avec 25 implantations au niveau local.

    Le ministre de l'Aide à la jeunesse a par ailleurs annoncé son intention de faire de la Journée des familles d'accueil, dont la première édition s'est tenue à Mons le 15 mai dernier, un rendez-vous récurrent à cette date.