• Élections communales: John Joos crée une liste “ Mons citoyen 2012"

    john joos.jpgJohn Joos, porte-parole des victimes des Mésanges, sera candidat aux prochaines élections communales. Ce jeudi, il présentera la liste “ Mons citoyen 2012 ” qu’il conduira. “ Il s’agit d’une liste d’ouverture pour laquelle nous comptons sur une dizaine de candidats. ”

    Un groupe de Montois, ayant l’ambition de présenter une liste alternative aux élections communales, ont choisi de fonder leur action sur la thématique de la citoyenneté ”, explique John Joos dans un communiqué de presse.

    C’est la première fois que le porte-parole des victimes de l’incendie des Mésanges (février 2003) se présente à un suffrage.

    Les gens qui ont décidé de rejoindre notre plate-forme citoyenne ne se reconnaissent pas dans les partis traditionnels ”, ajoute la future tête de liste

  • Doudou 2012 ! L'affiche officielle.

    doudou 2012.jpgCe jeudi vers 18h, Marc Barvais, bourgmestre f.f. de Mons, a présenté l’image officielle du Doudou 2012 à l’hôtel de ville. Le projet retenu est celui de Marie Grard (28 ans), diplômée en infographie de l’école d’enseignement supérieur “ Le Site ” de Saint-Ghislain.

    Pour voir l'affiche  :  doudou 2012.jpg

     

  • Havré ! Parlez-vous l'ado ?

    adolescents.jpg Le mardi 8 mai à 20h.

    Quand l’écran fait écran dans la famille » avec Serge Minet (Thérapeute clinicien spécialisé, assistant social, psychothérapeute, assure la coordination scientifique de la Clinique du jeu pathologique ).

    Ados admis.


    La conférence débute à 20h (ouverture des portes à 19h30) au Château d’Havré.


    Prix d’entrée à 5 euros (gratuit pour les étudiants).

     Plus d’infos ?

    INFOS PRATIQUES : PROGRAMME DE PRÉVENTION DES ASSUÉTUDES,

     065/319.019

     

  • Bois d'Havré : manque d’informations, de communication et de pédagogie !

    Photo Catherine Marneffe.jpg

    Je vous invite à découvrir la réaction de Madame Catherine Marneffe, Ecolo Mons concernant l'abattage d'arbres au bois d'Havré.

    Ecolo a pris connaissance de l’inquiétude de citoyens au sujet de l’abattage d’arbres dans le bois d’Havré. Après visite sur les lieux, Ecolo comprend l’émotion suscitée par ces abattages, effectivement impressionnants visuellement, de par leur localisation en bord de route.

    Etant donné l’absence de changement d’affectation au plan de secteur et la soumission du bois au régime forestier, les riverains et promeneurs peuvent cependant être rassurés, le bois d’Havré ne va pas disparaître.  En effet, le bois est géré par le DNF (Département Nature et Forêt), donc dans le respect des principes du Code forestier, pour assurer leur pérennité. Lorsqu’un peuplement arrive à maturité, son abattage fait partie du cycle de gestion de la forêt. Après abattage, les parcelles sont soit replantées, soit régénérées naturellement ou encore guidées vers la création d’une lisière forestière arbustive. Fortement recommandées par la circulaire « biodiversité », ces lisières, imitent la dynamique naturelle des perturbations forestières et recréent des refuges indispensables pour le gibier, les oiseaux, les papillons, les coléoptères  mais aussi pour un cortège floristique diversifié. Dans le cas précis de ces abattages en bordure d’une grosse voirie, la lisière participe également à la sécurisation de la circulation en constituant une protection face aux vents violents et en limitant les risques de chute d’arbres liés aux tempêtes.

    Vu ces considérations, bien que tout abattage constitue une agression sur le milieu, il est certain que la nature reprendra rapidement ses droits, que le bois d’Havré continuera à être un lieu de promenades privilégié pour tous les amoureux de la nature.

    Seule objection par rapport à la gestion : les dates aux quelles les travaux ont été réalisés, sont trop proches de la suspension printanière pour l’abattage des arbres, prescrite par la circulaire biodiversité (du 1er avril au 30 juin) et de la période de reproduction d’espèces comme le Pic mar ou la Bondrée apivore.

    Indépendamment des considérations de gestion, Ecolo regrette le manque d’informations, de communication et de pédagogie de l’échevin interpellé par des préoccupations tout à fait légitimes de par la forte pression urbanistique que subissent les zones naturelles à Mons. Les réactions de Monsieur Darville découragent les riverains de jouer leur rôle de vigilance sur leur environnement et d’exercer leur droit de regard sur la gestion du patrimoine public.  Vu son contexte périurbain, la gestion du bois d’Havré doit permettre une cohabitation harmonieuse des activités tant économiques, écologiques que sociales.

     

    Pour plus d’information concernant la gestion forestière en faveur de la biodiversité en Région wallonne d’une part et l’intérêt des lisières forestières d’autre part, je vous invite à consulter les documents suivants :

     

    http://environnement.wallonie.be/publi/dnf/normes.pdf

    http://www.waldwissen.net/wald/naturschutz/arten/wsl_waldrand/index_FR

     

    Catherine Marneffe Pour la Locale Ecolo Ville de Mons